Des parfums qui relient la mémoire olfactive à de grands moments de l’histoire. Au travers de six eaux de parfums, Arquiste se définit comme le lien entre l’Histoire, l’Architecture et le Parfum. Chaque fragrance est le fruit de recherches méticuleuses de personnages, de lieux précis et de leur histoire littéraire, mais aussi de l’étude des matériaux de construction qui, petit à petit, permettent d’interpréter le passé comme on restaurerait un bâtiment ancien. Partons à la découverte du passé…

Octobre 1175, Italie –  En calabre médiévale, une famille célèbre une récolte abondante dans une cabane de feuille de palmier et de bois (vétiver). Se dévoile un parfum d’agrume, l’Etrog ou Cédrat de Calabre, mélangé à la myrte et à la datte.

Août 1400, Mexique – Le rythme bat son plein pendant la fête la plus parfumée du calendrier aztèque. Sur l’autel du temple, le Copal (encens mexicain) se mélange aux brassées de fleurs (tubéreuse, magnolia, frangipanier et tagète) pour former Flor y Canto, une offrande aux dieux qui veillent sur la cité de Tenochtitlan.

Juin 1660, Pays Basque – Sur l’île des faisants, un pavillon éphémère fait de pin et de bois de cèdre a été construit pour une occasion bien particulière : sceller la paix entre la France et l’Espagne. D’un côté, Louis XIV apparaît dans une aura d’iris, de rose et de jasmin avec Fleur de Louis… De l’autre, l’Infante Marie-Thérèse d’Espagne, enveloppée d’Infanta en flor reconnaissable à l’eau de fleur d’oranger et à son aspect poudré.

Novembre 1695, Mexique – Dans les cuisines du Couvent Royal de Jésus Maria, des religieuses prépare l’Anima Dulcis, du cacao infusé d’un assortiment de piments auxquels se mêlent cannelle et vanille mexicaine. Une recette préservée pendant des siècles dans l’intimité des murs de ce lieu saint.

Janvier 1837, Russie – Après avoir terminé sa toilette par un mélange de néroli et de violette, Aleksandr, un gentleman de Saint-Petersbourg, enfile ses bottes de cuir et s’élance sur son traineau au travers d’une forêt de bouleaux. Dans une clairière nimbée d’ambre l’attend un duel fatidique…

Eaux de parfums, Arquiste : 149 € les 55 ml
Disponibles chez L’Eclaireur (Paris 3) et Jovoy (Paris 1)