diptyque rend hommage à l’Orphéon

Parfums | 0 commentaires

Ecrit par Cédric

En 1961 commençait l’aventure diptyque à Saint-Germain, dans le Quartier dit Latin, coeur de la vie artistique, nocturne et intellectuelle de Paris. Plus vraiment l’après-guerre, pas encore mai 68, on vite au rythme des nuits blanches dans les clubs de jazz dans lesquels on devise sur le monde, on danse, on rit. L’Orphéon était l’un de ces bars à l’effervescence joyeuse où les fondateurs de diptyque aimaient se retrouver.

A cette époque-là, le boulevard Saint-Germain et ses rues adjacentes comptaient de nombreux lieux aussi célèbres les uns que les autres où l’on pouvait croiser des personnalités comme Boris Vian, Albert Camus ou Roger Vadim. Ces archipels, comme on les appelait à l’époque, étaient connus sur les noms de la Rose rouge,  le Caveau de la Huchette, le Tabou, le Montana, le Méphisto et bien sûr l’Orphéon, littéralement collé à la boutique diptyque, que les trois fondateurs rachetèrent afin d’agrandir leur espace et dont le seul vestige est une colonne bleue à facettes que l’on peut encore aujourd’hui voir à l’intérieur même du numéro 34 du boulevard.

C’est à ce club qui vivait, mezza voce, de huit heures du soir à huit heures du matin, que la Maison diptyque à voulu rendre hommage avec ce parfum avec cette création imaginée comme un songe olfactif puisque personne désormais n’a la mémoire des lieux. Le parfumeur Olivier Pescheux s’est donc laissé allé à un jus frais, floral, sensuel et boisé, non genré puisque les parfums des femmes s’y mêlaient à ceux des dandys souvent dragueurs. Des baies de genièvre avec une touche de citron et de mandarine évoquent les vapeurs du gin fiz tandis que les accents âpres du lentisque et du labdanum rappelent les nuages de tabac qui flottaient dans l’air. Un trio cèdre, vétiver et patchouli pour les tables, le bar et autres meubles patinés. Le sillage musqué ambré des artistes contraste avec celui de leurs muses dans un mélange jasmin, ylang-ylang, magnolia et rose. Sans oublier la chaleur de la fève tonka réhaussée de benjoin vanillé et d’ambroxan pour l’addiction.

Orphéon, diptyque
135 € les 75 ml
www.diptyqueparis.com

Sur le même thème

A lire

La tubéreuse, pécheresse, charmeuse et narcotique

La tubéreuse, pécheresse, charmeuse et narcotique On la dit sensuelle, charnelle, animale, parfois extravertie voire tapageuse, exotique autant que narcotique. Entre forte personnalité et odeur capiteuse, la tubéreuse ne laisse personne indifférent. Celle que l’on...

lire plus

Parfums de printemps à ne pas manquer

Printemps, les parfumsà ne pas manquer Comment souvent, chaque changement de saison s’accompagne d’une envie d’adopter un nouveau look, remettre à plat sa routine beauté et bien sûr trouver un ou plusieurs nouveaux parfums qui vont révéler de nouvelles facettes de...

lire plus

Le lys, une fleur tout en majesté

Le lys, une fleur tout en majesté Si la rose est la reine des fleurs, le lys est sans nul doute le roi. Tour à tour associé aux déesse grecques, à la Vierge Marie et même aux souverains de France, ses grandes fleurs aux couleurs vives, parfois avec des motifs colorés,...

lire plus